Aller au contenu
Accueil » Enquête sur les reflux gastriques

Enquête sur les reflux gastriques

Les reflux gastriques

Quelle est la cause des reflux gastriques? Est-il possible d’éliminer un ou plusieurs coupables pour vivre plus sereinement? Enquête sur un sujet brûlant…

lac de magma au centre d'un volcan
Nina R, Nyiragongo volcano

Baptisées du nom de code « RGO » pour Reflux Gastro-œsophagien, les remontées acides ont l’art de vous faire regretter le repas du soir.

Si un repas trop copieux est un coupable facile à deviner, certains effets secondaires de médicaments peuvent aussi être en cause. Par exemple, certaines familles contenant des opiacées peuvent favoriser des reflux, alors que celle des AINS risquent de les aggraver. Un point à voir donc, avec le prescripteur.

Toutefois, d’autres suspects plutôt d’origine alimentaires méritent aussi un peu d’attention, c’est le sujet de cette enquête.

Dans tous les cas, évitez de vous allonger juste après un repas et pensez à surélever votre tête d’au moins 15 cm la nuit. Cette mesure permet de favoriser la descente des liquides corrosifs issus de l’estomac.

Wikihow: Comment surélever la tête de son lit

Suspect n°1 : les aliments gras

Dans la famille des lipides, bons et mauvais élèves se mélangent. Ainsi, les omégas 3 (poisson gras, œufs) sont trop rarement consommés, alors que les acides gras saturés (viennoiseries, viandes grasses, charcuteries, fromages …) sont trop présents dans nos assiettes.

Or, dans l’estomac, la graisse « flotte » au-dessus des liquides et ralentit la vidange gastrique.

pizza-3007395_640

C’est pourquoi, il faut bien choisir le type de «gras» consommé et limiter sa quantité le soir.

Suspect n°2 : les fibres « dures »

panier de légumes

Dans la catégorie des fibres “dures”, plus difficiles à digérer, on retrouve:
– les fibres musculaires de la viande rouge (bœuf, porc),
– certaines fibres végétales des légumineuses (lentilles, haricots secs),
– les céréales complètes,
– certains légumes (poireaux, haricots verts, choux),
– les crudités (carottes, tomates)

En effet, l’estomac mets plusieurs heures à attendrir partiellement leurs filaments, et cette digestion va se poursuivre dans l’intestin, générant des gaz et des remontées acides.

tartine de pain grillée façon poke avec ses légumes marinés
Katherine Lim

Si les viandes maigres, les œufs et le poisson devront être privilégiés, il ne faut pas exclure totalement les légumineuses et autres sources de fibres, car elles nourrissent la flore intestinale et contribuent à une bonne santé.

Néanmoins, il existe quelques astuces pour faciliter leur digestion. Par exemple, réaliser une cuisson à l’eau qui est ensuite jetée, utiliser des légumes fermentés ou alors donner un coup de mixer. Si ça ne suffit pas, il est conseillé de réserver ces aliments pour le repas du midi.

Suspect n°3 : l’excès de liquides

On l’oublie souvent, mais le bol alimentaire qui se retrouve dans l’estomac comprends les aliments solides mais aussi tous les liquides (eau, thé, café, alcool, …) consommés.

Ainsi, boire seulement une demi-tasse de boisson chaude  en fin de repas, semblera plus raisonnable.

En règle générale, l’eau seule étant rapidement digérée, il vaut mieux boire régulièrement mais en dehors des repas.

apéro avec des amis

Suspect n°4: le besoin de s’aérer

D’une façon générale, pour faciliter la digestion et rester en bonne santé, une petite marche quotidienne de 20 min est recommandée.

De plus, certaines plantes digestives peuvent aussi aider, comme la camomille, la menthe ou la mélisse. Si les reflux s’accompagne de nausées, un peu de gingembre frais peut également aider (à éviter en cas de maladie rénale ou d’ulcère).

Comme digestion et humeur sont liés, pensez à libérer votre stress, dans des activités qui vous plaisent. Si vous prenez le temps de respirer plus calmement et votre estomac vous remerciera !

Explorer de nouveaux chemins

Prenez soin de vous,

@Gestdou

 

Pour en savoir plus:

– Société savante des maladies et cancers de l’appareil digestif (SNFGE), https://www.snfge.org/content/reflux-gastro-oesophagien-rgo (2017)
– Place du conseil officinal dans la prise en charge du reflux gastro-œsophagien, (2014), M. Meslier.
https://www.vidal.fr/maladies/estomac-intestins/digestion-difficile/phytotherapie-plantes.html
– Prise en charge hygiéno-diététique du reflux gastro-œsophagien et de l’ulcère gastrique : revue systématique des guidelines, (2019), P. Erard et C. Monney.
– Complications œsophagiennes des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, 2008, M-A Bigard et A-L Pelletier.
– Codeine induces increased resistance at the oesophago-gastric junction in healthy volunteers: a randomized, double-blind, placebo-controlled, crossover trial, (2020), A Geeraerts, HGeysen, L Ballet, C Hofmans.

 

 

S'abonner
[mailpoet_form id= »3″]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.